Conditions générales

Aluparts B.V.

Conditions générales de livraison et conditions générales de paiement émises par la Koninklijke Metaalunie (organisation néerlandaise des entrepreneurs des petites et moyennes entreprises de l’industrie métallurgique), déposées au greffe du tribunal de district de Rotterdam le 1er janvier 2008. Publiées par la Koninklijke Metaalunie, P.O. Box 2600, 3430 GA Nieuwegein.

Clause n° 1 : Applicabilité

1.1 Ces termes et conditions s’appliquent à toutes les offres faites par les membres de la Koninklijke Metaalunie, à tous les accords qu’ils concluent et à tous les accords qui peuvent en résulter.
1.2  Le fournisseur est le membre de la Metaalunie qui utilise ces termes et conditions. C’est ce qu’on appelle l’adjudicataire. L’autre partie est désignée comme l’adjudicateur.
1.3  En cas de conflit entre le contenu du contrat, conclu entre l’adjudicateur et l’adjudicataire, et les présentes conditions générales, les dispositions du contrat s’appliquent.
1.4  Ces termes et conditions ne peuvent être utilisés que par les membres de la Koninklijke Metaalunie

Clause n° 2 : Offre

2.1  Toutes les offres sont sans engagement.
2.2  Si l’adjudicateur fournit à l’adjudicataire des données, des dessins, etc., l’adjudicataire peut en assumer l’exactitude et fondera son offre sur cela.
2.3  Les prix mentionnés dans l’offre sont basés sur la livraison départ usine, conformément aux Incoterms 2000. Vous pouvez voir les prix TTC et hors TVA et hors emballage/expédition.
2.4  Si son offre n’est pas acceptée, l’adjudicataire a le droit de facturer à l’adjudicateur tous les frais qu’il a dû engager pour faire son offre.

Clause n° 3 : Droits de propriété intellectuelle

3.1  Sauf convention écrite contraire, l’adjudicataire conserve les droits d’auteur et tous les droits de propriété industrielle sur les offres qu’il a faites, à savoir, dessins, images, modèles (d’essai), logiciels, etc.
3.2  Les droits sur les données visées au paragraphe 1 restent la propriété de l’adjudicataire, que l’adjudicateur ait été facturé ou non pour leur fabrication. Ces données ne peuvent être copiées, utilisées ou montrées à des tiers sans le consentement écrit, exprès et préalable de l’adjudicataire. L’adjudicateur doit verser à l’adjudicataire une pénalité de 25 000 € pour chaque violation de cette disposition. Cette amende peut être réclamée en plus des dommages-intérêts en vertu de la loi.
3.3  Conformément au paragraphe 1, l’adjudicateur doit retourner les données qui lui ont été fournies à la première demande et dans le délai fixé par l’adjudicataire. En cas de violation de cette disposition, l’adjudicateur doit verser à l’adjudicataire une pénalité de 1000 € par jour. Cette amende peut être réclamée en plus des dommages-intérêts en vertu de la loi.

Clause n° 4 : Conseils, conceptions et matériaux

4.1  L’adjudicateur ne peut tirer aucun droit des conseils et des informations qu’il reçoit de l’adjudicataire si ceux-ci ne sont pas directement liés à l’ordre.
4.2  L’adjudicateur est responsable des dessins, calculs et conceptions réalisés par ses soins ou pour son compte et de l’adéquation fonctionnelle des matériaux prescrits par ses soins ou pour son compte.
4.3  L’adjudicateur protège l’adjudicataire contre toute réclamation de tiers relative à l’utilisation de dessins, calculs, matériaux, échantillons, modèles et similaires fournis par ou au nom de l’adjudicateur.
4.4  L’adjudicateur peut (faire) examiner les matériaux que l’adjudicataire souhaite utiliser avant qu’ils ne soient traités pour son propre compte. Si l’adjudicataire subit un dommage en conséquence, celui-ci sera à la charge de l’adjudicateur.

Clause n° 5 : Délai de livraison

5.1  Le délai de livraison et/ou le délai d’exécution sont approximativement déterminés par l’adjudicataire.
5.2  Lors de la détermination du délai de livraison et/ou du délai d’exécution, l’adjudicataire suppose qu’il peut exécuter l’ordre dans les circonstances qu’il connaît à ce moment-là.
5.3  Le délai de livraison et/ou le délai d’exécution ne commence que lorsque l’accord a été conclu sur tous les détails commerciaux et techniques, lorsque l’adjudicataire est en possession de toutes les données nécessaires, des dessins définitifs et approuvés, etc., lorsque le paiement (échelonné) convenu a été reçu et que les conditions nécessaires à l’exécution de l’ordre ont été remplies.
5.4  En cas de:

  • Circonstances autres que celles connues de l’adjudicataire lorsqu’il a déterminé le délai de livraison et / ou le délai d’exécution, l’adjudicataire peut prolonger le délai de livraison et / ou le délai d’exécution du temps nécessaire pour exécuter l’ordre dans ces circonstances. Si les travaux ne peuvent pas être intégrés dans le calendrier de l’adjudicataire, ils seront exécutés dès que sa planification le permettra.
  • Des travaux supplémentaires, le délai de livraison et / ou la période d’exécution seront prolongés du temps nécessaire pour livrer les matériaux et les pièces requises et pour effectuer les travaux supplémentaires. Si les travaux supplémentaires ne peuvent pas être intégrés dans le calendrier de l’adjudicataire, les travaux seront effectués dès que la planification le permettra.
  • Suspension des obligations par l’adjudicataire, le délai de livraison et/ou le délai d’exécution seront prolongés de la durée de la suspension. Si la poursuite des travaux ne peut être inscrite dans le calendrier de l’adjudicataire, les travaux seront effectués dès que la planification le permettra.
  • Des conditions météorologiques impraticables, le délai de livraison et / ou le délai d’exécution seront prolongés du retard qui en résulte.

5.5  Le dépassement du délai de livraison et/ou du délai d’exécution convenu ne vous donne en aucun cas droit à une indemnisation, sauf si cela a été convenu par écrit.

Clause n° 6 : Transfert des risques

6.1  La livraison a lieu départ usine, conformément aux Incoterms 2000 ; le transfert de risque de l’objet a lieu au moment où l’adjudicataire le met à la disposition de l’adjudicateur.
6.2  Indépendamment des dispositions du paragraphe précédent, l’adjudicateur et l’adjudicataire peuvent convenir que l’adjudicataire s’occupera du transport. Le risque de stockage, de chargement, de transport et de déchargement incombe également à l’adjudicateur dans ce cas. L’adjudicateur peut s’assurer contre ces risques.
6.3  S’il y a un échange et que l’adjudicateur continue d’utiliser l’article à échanger en attendant la livraison du nouvel article, le risque de l’article à échanger reste avec l’adjudicateur jusqu’au moment où il l’a placé en possession de l’adjudicataire.

Clause n° 7 : Changement de prix

7.1  Une augmentation des facteurs déterminant les coûts survenant après la conclusion de l’accord peut être répercutée par l’adjudicataire sur l’adjudicateur si l’exécution de l’accord n’a pas encore été achevée au moment de l’augmentation.
7.2  L’adjudicateur est tenu de payer l’augmentation de prix visée au paragraphe 1 en même temps que le paiement de la somme principale ou du prochain délai de paiement convenu.
7.3  Si les marchandises sont livrées par l’adjudicateur et que l’adjudicataire est prêt à les utiliser, l’adjudicataire peut facturer un maximum de 20% du prix du marché des marchandises livrées.

Clause n° 8 : Impraticabilité de l’ordre

8.1  L’adjudicataire a le droit de suspendre l’exécution de ses obligations s’il est temporairement empêché de remplir ses obligations en raison de circonstances qui n’étaient pas prévisibles à la conclusion du contrat et qui sont indépendantes de sa volonté.
8.2  Les circonstances auxquelles l’adjudicataire ne pouvait pas s’attendre et qui sont indépendantes de sa volonté comprennent le cas où les fournisseurs et/ou les sous-traitants de l’entrepreneur ne respectent pas leurs obligations ou ne respectent pas leurs obligations en temps opportun, les conditions météorologiques, les tremblements de terre, les incendies, la perte ou le vol d’outils, la perte de matériaux à traiter, les barrages routiers, les grèves ou les arrêts de travail et les restrictions à l’importation ou les restrictions commerciales.
8.3  L’adjudicataire n’a plus le droit de suspendre si l’impossibilité temporaire d’exécution a duré plus de six mois. L’accord ne peut être dissous qu’après l’expiration de ce délai et uniquement pour la partie des obligations qui n’a pas encore été remplie. Dans ce cas, les parties n’ont pas droit à réparation du préjudice subi ou à subir du fait de la dissolution.

Clause n° 9 : Portée des travaux

9.1  L’adjudicateur doit s’assurer que tous les permis, exemptions et autres décisions nécessaires à l’exécution des travaux ont été obtenus à temps.
9.2  Le prix des travaux ne comprend pas :

  • Les coûts des travaux de déblai, d’abattage, de découpe, de bris, de fondation, de maçonnerie, de menuiserie, de plâtrerie, de peinture, de pose de papier peint, de travaux de réparation ou d’autres travaux de structure ;
  • Les coûts de raccordement au gaz, à l’eau, à l’électricité ou d’autres infrastructures ;
  • Les coûts de prévention ou de limitation des dommages aux marchandises présentes sur les travaux ;
  • Les coûts de transporter des matériaux ou des déchets ;
  • Les frais de déplacement et d’hébergement.

Clause n° 10 : Des changements dans les travaux

10.1  Les changements dans le travail entraîneront dans tous les cas plus ou moins de travail si :

  • Il y a un changement dans la conception, les spécifications ou le plan de construction ;
  • Les informations fournies par l’adjudicateur ne correspondent pas à la réalité ;
  • Les quantités estimées sont déviées de plus de 10 %.

10.2  Les travaux supplémentaires sont calculés sur la base de la valeur des facteurs déterminants du prix qui s’appliquent au moment où les travaux supplémentaires sont effectués. La réduction de travail est réglée sur la base de la valeur des facteurs déterminants du prix qui s’appliquaient au moment de la conclusion de l’accord.
10.3  Si le solde des réductions de travaux dépasse celui des travaux supplémentaires, l’adjudicataire peut facturer 10% de la différence des soldes à l’adjudicateur lors du règlement final. Cette disposition ne s’applique pas aux réductions de travaux qui résultent d’une demande de l’adjudicataire.

Clause n° 11 : Réalisation des travaux

11.1  L’adjudicateur doit s’assurer que l’adjudicataire peut réaliser ses travaux sans être dérangé et à l’heure convenue et qu’il dispose des installations nécessaires à la réalisation de ses travaux, telles que :

  • Gaz, eau et électricité ;
  • Chauffage ;
  • Espace de stockage à sec verrouillable ;
  • Les dispositions prescrites sur la base de la loi sur les conditions de travail et de ses règlements.

11.2  L’adjudicateur est responsable de tous les dommages, notamment suite à la perte, au vol, à l’incendie ou à la détérioration, des biens de l’adjudicataire, de l’adjudicateur et / ou de tiers, tels que les outils et les matériaux destinés aux travaux, qui sont situés à l’endroit où le travail est réalisé ou à un autre endroit convenu.
11.3  Si l’adjudicateur ne respecte pas ses obligations telles que décrites dans les paragraphes précédents et qu’il y a donc un retard dans la réalisation des travaux, les travaux seront réalisés dès que l’adjudicateur remplira toutes ses obligations et que la planification de l’adjudicataire le permettra. L’adjudicateur est responsable de tous les dommages résultant du retard subi par l’adjudicataire.

Clause n° 12 : Livraison des travaux

12.1  Les travaux sont considérés comme achevés lorsque :

  • L’adjudicateur a approuvé les travaux ;
  • Les travaux ont été mise en service par l’adjudicateur. Si L’adjudicateur utilise une partie du travail, cette partie est considérée comme ayant été livrée ;
  • L’adjudicataire a informé l’adjudicateur par écrit que les travaux étaient terminés et l’adjudicateur n’a pas fait savoir par écrit dans les 14 jours suivant l’avis si les travaux ont été approuvés ou non ;
  • L’adjudicateur n’approuve pas les travaux sur la base de défauts mineurs ou de pièces manquantes qui peuvent être réparées ou livrées dans les 30 jours et qui ne font pas obstacle à la mise en service des travaux.

12.2  Si l’adjudicateur n’approuve pas les travaux, il est tenu de le faire savoir à l’adjudicataire par écrit, en indiquant les raisons.
12.3  Si l’adjudicateur n’approuve pas les travaux, il donnera à l’adjudicataire la possibilité de livrer à nouveau les travaux. Les dispositions du présent article lui sont à nouveau applicables.
12.4  L’adjudicateur protège l’adjudicataire contre toute réclamations de tiers concernant les dommages causés aux parties des travaux non livrées par l’utilisation de parties du travail qui ont déjà été livrées.

Clause n° 13 : Responsabilité

13.1  L’adjudicataire est responsable des dommages subis par l’adjudicateur résultant directement et exclusivement d’un manquement imputable à l’adjudicataire. Toutefois, seuls les dommages pour lesquels l’adjudicataire est assuré, ou aurait raisonnablement dû être assuré, sont admissibles à une indemnisation.
13.2  Si, au moment de la conclusion du contrat, l’adjudicataire n’est pas en mesure de souscrire une assurance visée au paragraphe 1 ou de la prolonger par la suite dans des conditions raisonnables, l’indemnisation du dommage est limitée au montant facturé par l’adjudicataire pour le présent contrat (hors TVA).
13.3  Non admissible au remboursement :

  • Perte d'exploitation incluant, par exemple, les dommages de stagnation et le manque à gagner. S’il le souhaite, l’adjudicateur doit s’assurer contre ces dommages ;
  • Dommages aux aspects de surveillance. Les dommages aux aspects de surveillance s’entendent, entre autres, des dommages causés par ou pendant la réalisation des travaux à des éléments qui sont travaillés ou à des éléments situés à proximité de l’endroit où les travaux sont réalisés. S’il le souhaite, l’adjudicateur doit s’assurer contre ces dommages ;
  • Les dommages causés intentionnellement ou par imprudence délibérée de personnes auxiliaires ou de subordonnés non gestionnaires de l’adjudicataire.

13.4  L’adjudicataire n’est pas responsable des dommages causés au matériel fourni par ou au nom de l’adjudicateur à la suite d’une opération inappropriée. À la demande de l’adjudicateur, l’adjudicataire effectuera à nouveau l’opération, avec du nouveau matériel fourni par l’adjudicateur à ses frais.
13.5  L’adjudicateur indemnise l’adjudicataire contre toutes les réclamations de tiers en raison de la responsabilité du fait du produit résultant d’un défaut d’un produit qui a été livré par l’adjudicateur à un tiers et qui était (partiellement) constitué de produits et/ou de matériaux livrés par l’adjudicataire.

Clause n° 14 : Garantie

14.1  Pendant une période de six mois après la livraison, l’adjudicataire garantit la bonne réalisation de la prestation convenue.
14.2  Si la prestation convenue consiste en des travaux contractuels, l’adjudicataire garantit la solidité de la construction livrée et du matériau utilisé pour la période visée au paragraphe 1, à condition qu’il soit libre de choisir celui-ci.
S’il apparaît que la construction livrée et/ou le matériau utilisé n’est pas de bonne qualité, l’adjudicataire le réparera ou le remplacera. Les pièces qui sont réparées ou remplacées par l’adjudicataire doivent être envoyées à l’adjudicataire franco de port. Le démontage et le montage de ces pièces ainsi que les frais de déplacement et d’hébergement éventuels seront à la charge de l’adjudicateur.
14.3  Si la prestation convenue consiste (également) en la modification du matériel fourni par l’adjudicateur, l’adjudicataire garantit la solidité de la modification effectuée pendant la période visée au paragraphe 1.
S’il apparaît qu’une modification n’a pas été effectuée correctement, l’adjudicataire choisira :

  • Effectuez à nouveau la modification. Dans ce cas, l’adjudicateur doit fournir du nouveau matériel à ses propres frais ;
  • Le défaut se rétablit. Dans ce cas, l’adjudicateur doit retourner le matériel payé à l’adjudicataire ;
  • L’adjudicateur crédite une partie proportionnelle de la facture.

14.4  Si la prestation convenue consiste en la livraison d’un produit, l’adjudicataire garantit la solidité du produit livré pendant la période visée au paragraphe 1.
S’il apparaît que la livraison n’a pas été de bonne qualité, le produit doit être retourné à l’adjudicataire franco de port. Après cela, l’adjudicataire fera le choix de :

  • Restaure le produit ;
  • Remplace le produit ;
  • L’adjudicateur crédite une partie proportionnelle de la facture.

14.5  Si la prestation convenue consiste (également) en l’installation et/ou l’assemblage d’un produit livré, l’adjudicataire garantit la solidité de l’installation et/ou du montage pour la période visée au paragraphe 1.
S’il apparaît que l’installation et/ou le montage n’a pas été réalisé correctement, l’adjudicataire le réparera. Tous les frais de voyage et de séjour encourus seront à la charge de l’adjudicateur.

14.6  Pour les pièces pour lesquelles l’adjudicateur et l’adjudicataire ont expressément convenu par écrit, la garantie du fabricant s’applique. Si l’adjudicateur a eu la possibilité de prendre connaissance du contenu de la garantie du fabricant, il remplacera la garantie sur la base de cette clause.
14.7  L’adjudicateur doit dans tous les cas offrir à l’adjudicataire la possibilité de réparer tout défaut et/ou de réaliser à nouveau l’opération.
14.8  L’adjudicateur ne peut invoquer une garantie qu’après avoir rempli toutes ses obligations envers l’adjudicataire.

14.9

  • Aucune garantie n’est donnée dès que des défauts résultent :
    • D’une usure normale ;
    • D’une utilisation inappropriée ;
    • D’un entretien non effectué ou mal effectué ;
    • De l’installation, du montage, d’une modification ou d’une réparation par l’adjudicateur ou par des tiers.
  • Aucune garantie n’est donnée sur les produits livrés qui n’étaient pas neufs au moment de la livraison ou sur les produits prescrits par l’adjudicateur ou livrés par ses soins ou pour son compte ;
  • Aucune garantie n’est donnée sur l’inspection et / ou la réparation des produits de l’adjudicateur.  

Clause n° 15 : Plaintes

L’adjudicateur ne peut plus invoquer un défaut dans la prestation s’il ne s’est pas plaint par écrit à l’adjudicataire dans les quatorze jours suivant la découverte du défaut ou s’il avait raisonnablement dû le découvrir.

Clause n° 16 : Des produits non achetés

Si les produits n’ont pas été achetés après l’expiration du délai de livraison, ils resteront à la disposition de l’adjudicateur. Les produits qui n’ont pas été achetés seront stockés aux frais et risques de l’adjudicateur. L’adjudicataire peut toujours faire usage de l’autorité de l’article 6:90 du Code civil néerlandais (BW).

Clause n° 17 : Paiement

17.1  Le paiement est effectué au lieu d’établissement de l’adjudicataire ou sur un compte désigné par l’adjudicataire.
17.2  Sauf convention contraire, le paiement sera effectué comme suit :

  • Les achats au comptoir sont payés au comptant ;
  • En cas de paiement échelonné :
    • 40% du prix total lors de la passation de la commande ;
    • 50% du prix total après la livraison du matériel ou si la livraison du matériel n’est pas incluse dans la commande après le début des travaux ;
    • 10% du prix total à la livraison ;
  • Dans tous les autres cas, dans les trente jours suivant la date de facturation.

17.3  Quelles que soient les conditions de paiement convenues, l’adjudicateur est tenu de fournir, à la demande de l’adjudicataire, ce qu’il considère comme une garantie suffisante pour le paiement. Si l’adjudicateur ne s’y conforme pas dans le délai imparti, il sera immédiatement en défaut. Dans ce cas, l’adjudicataire a le droit de résilier le contrat et de réclamer une réparation à l’adjudicateur.
17.4  Le droit de l’adjudicateur de compenser ses créances contre l’adjudicataire est exclu, à moins qu’il n’y ait faillite de l’adjudicataire ou que la restructuration judiciaire de la dette ne s’applique à l’adjudicataire.
17.5  La totalité de la créance est immédiatement exigible si :

  • Un délai de paiement a été dépassé ;
  • L’adjudicateur a fait faillite ou demande le sursis de paiement ;
  • Les produits ou les créances de l’adjudicateur sont saisis ;
  • L’adjudicateur (société) est dissous ou liquidé ;
  • L’adjudicateur (personne physique) demande à être admis à la restructuration judiciaire de la dette, est placé en curatelle ou décède.

17.6  Si le paiement n’a pas été effectué dans le délai de paiement convenu, l’adjudicateur doit immédiatement des intérêts à l’adjudicataire. Le taux d’intérêt est de 12% par an, mais est égal au taux d’intérêt légal s’il est plus élevé. Dans le calcul des intérêts, une partie du mois est considérée comme un mois complet.
17.7  Si le paiement n’a pas été effectué dans le délai de paiement convenu, l’adjudicateur doit à l’adjudicataire tous les frais extrajudiciaires avec un minimum de 75 €.
Les coûts sont calculés sur la base du tableau suivant :

Sur le premier 3.000 €

15%

Sur le multiple à 6.000 €             

10%

Sur le multiple à 15.000 €             

8%

Sur le multiple à 60.000 €           

 5%

Sur le multiple de 60.000 €          

3%

Si les frais extrajudiciaires effectivement encourus sont plus élevés que ceux résultant du calcul ci-dessus, les frais effectivement encourus sont dus.

17.8  Si l’adjudicataire obtient gain de cause dans une procédure judiciaire, tous les frais encourus par l’adjudicataire dans le cadre de cette procédure seront à la charge de l’adjudicateur.

Clause n° 18 : Réserve de propriété et droit de gage

18.1  Après la livraison, l’adjudicataire reste propriétaire des produits livrées tant que l’adjudicateur :

  • N’est pas en défaut ou ne sera pas en défaut de ses obligations en vertu du présent contrat ou d’autres accords similaires ;
  • Ne paie pas ou ne paiera pas pour le travail effectué ou pour le travail encore à faire en vertu de ces accords ;
  • N’a pas payé les créances découlant du non-respect des accords susmentionnés, telles que les dommages, les amendes, les intérêts et les frais.

18.2  Tant que les produits livrés sont soumis à une réserve de propriété, l’adjudicateur ne peut pas les grever en dehors de ses activités commerciales normales.
18.3  Après que l’adjudicataire a invoqué sa réserve de propriété, il peut récupérer les produits livrés. L’adjudicateur permet à l’adjudicataire d’entrer à l’endroit où se trouvent ces produits.
18.4  Si l’adjudicataire ne peut pas invoquer sa réserve de propriété parce que les produits livrés ont été mélangées, déformées ou contrôlées, l’adjudicateur est tenu de mettre en gage les produits nouvellement formées à l’adjudicataire.

Clause n° 19 : Cessation

Si l’adjudicateur souhaite dissoudre l’accord sans qu’il y ait de défaut de la part de l’adjudicataire et que l’adjudicataire accepte cela, l’accord sera résilié par consentement mutuel. Dans ce cas, l’adjudicataire a droit à une indemnisation pour toutes les pertes financières telles que les pertes subies, le manque à gagner et les coûts encourus.

Clause n° 20 : Droit applicable et tribunal compétent

20.1  Le droit néerlandais est applicable.
20.2  La Convention de Vienne sur les ventes (C.I.S.G.) ne s’applique pas, pas plus qu’aucune autre réglementation internationale dont l’exclusion est autorisée.
20.3  Seul le tribunal civil néerlandais compétent dans le lieu d'implantation de l’adjudicataire prendra connaissance des litiges, à moins que cela ne soit contraire à la loi impérative. L’adjudicataire peut déroger à cette règle de compétence et appliquer les règles légales de compétence.
20.4  Les parties peuvent convenir d’une autre forme de règlement des litiges, comme l’arbitrage ou la médiation.

© 2022 Aluparts

Réalisation par Pienter et XELshop